La fabrique de théâtre

La fabrique de théâtre

options de contraste:

Tables rondes

La Fabrique de Théâtre œuvre à la création d’un réseau de médiation culturelle en direction des publics fragilisés socialement, psychiquement ou culturellement.

De nombreux professionnels du milieu médico-social militent pour créer des liens et redévelopper un imaginaire commun. Les institutions culturelles ont un rôle important à jouer dans ces expérimentations, afin de réinventer des dispositifs de médiation envers les habitants, les usagers, les amateurs, etc. La mise en place des espaces de représentation permet la retranscription du vécu et l’émergence de la singularité.

Soins, culture, et interculturalité

Mercredi 22 mai 2019 : après-midi de réflexion consacrée au lien entre « soin et culture », orientée sur le thème de l’interculturalité.

Cette deuxième table ronde a été l’occasion d’interroger la nécessité de l’invention narrative collective. Les réseaux de communication omniprésents dans nos vies ne constituent pas des espaces imaginaires collectifs. Au lieu de valoriser la différence, ils entretiennent plutôt une conception réductrice de masses animées par des processus de mimétisme.

La réflexion a porté principalement sur l’interculturalité, partant du principe que la diversité des conceptions et des imaginaires permet de dépasser les stéréotypes culturels. Depuis les surréalistes, qui ont émergé dans un contexte colonial, certains courants des sciences humaines tentent d’échapper à une vision trop ethnocentrée (ou anthropocentrée). L’anthropologie a parcouru un long chemin dans cette voie, nous souhaitons donc interroger l’interculturalité aussi bien dans les arts de la scène (anthropologie théâtrale), que dans le soin et l’accueil (les institutions médico-sociales) et dans les sciences humaines (anthropologie).

La Fabrique de Théâtre a mis en pratique son implication interculturelle et transculturelle via les ateliers de cinéma-théâtre de Julien Stiegler : « les Rêves Contradictoires », où le mécanisme du rêve, au sens de songe nocturne, se confronte avec l’expérience de la matière. Le rêveur (le participant) peut envisager tous les possibles et vivre une myriade de points de vue divergents. Le travail de médiation se fait dans un temps long, souvent plus complexe que le processus narratif lui-même.

Soin, culture, création du spectacle « L’épopée des rêves contradictoires »

Mercredi 30 janvier 2019 : journée de réflexion consacrée au lien entre soin et culture et à la création du spectacle « L’épopée des rêves contradictoires ».

Cette première table ronde a mis en place une série de dispositifs :

  • Le soutien à la création de Julien Stiegler, « L’épopée des rêves contradictoires ». Ce spectacle est un moyen de faire résonner un dialogue interculturel et intergénérationnel via un théâtre participatif. Artistes professionnels et publics fragilisés (usagers des réseaux 107, du CPAS via le dispositif ILA, habitants, migrants de Fedasil, etc.) se rencontrent à l’aide du dispositif numérique de cinéma-théâtre unique et original que représente L’épopée des rêves contradictoires, un outil de médiation qui tend à favoriser l’expression des publics les plus fragiles socialement.
  • La mise en place de journées de réflexions. Nous invitons des professionnels de différents horizons à se réunir pour échanger sur la thématique des liens possibles entre soin (au sens large) et culture, dans le but de réfléchir aux possibilités d’offrir aux publics fragilisés (santé mentale, pauvreté, migration, transculturalité) un accès à l’art comme source d’expression et du « prendre soin ».
  • Des ateliers hebdomadaires recevant ces différents publics tout au long de l’année.

Par toutes ces actions, la Fabrique de Théâtre a la volonté de créer un réseau de contacts pour faciliter les échanges, dans le but de multiplier les démarches concrètes.